COBP 2014 : Exemple de l’état policier québécois

Image

La traditionnelle manif du COBP n’aura pour ainsi dire pas eu lieu. Chaque 15 mars, depuis déjà bientôt une vingtaine d’année, le COBP (Collectif Opposé à la Brutalité Policière) organise une manifestation pour dénoncer la brutalité policière. Cette année (ainsi que l’année dernière), la police a répondu à l’appel de manière démesurée. On parle ici d’une quantité industrielle de flics (« poussins » et antiémeutes), des camions à chaque intersection (et à toutes les stations de métro environnante) et pour finir, environ 3 à 4 autobus de la STM (pour les arrestations de masse). Transformée en bureau temporaire, on passait chacun des manifestantEs comme dans un drive-thru de fast-food, et tout le monde ressortait avec un ticket tout frais de 638$. Le ridicule de la chose repose toute fois sur l’avortement précoce de la manifestation. À peine parti du lieu de rendez-vous, les forces policières s’empressaient d’éloigner la manifestation des tout regards (tant les médias que la population environnante) et conclurent le tout par une arrestation de masse. Et voilà! Il a suffi d’à peine trois petites minutes pour prouver à quelle point la belle machine politique prend soin de nous. Résultat de la fausse manifestation selon les chiffres des journaux esclaves de la pub; 288 arrestations en vertu du règlement P-6, un homme blessé à la tête (l’arcane sourcilière selon les dires), mais le pire reste à venir. Une pauvre et innocente voiture de RDI à été attaqué par des « super-vilains casseurs professionnels » ( j’épargne les détails de cette triste nouvelle puisque tous les journaux capitalistes ont en moyenne un paragraphe sur le sujet ).

Une des choses les plus inquiétantes était sans doute le fait que les wagons de métro ne se sont pas arrêtés à Jean-Talon, et ce, jusqu’à la fin de la « manifestation ».Cette manifestation est-elle devenue si démonisée que tous les moyens sont bons pour terroriser la population? En plus d’envoyer des communiqués pour avertir de potentiels bris et méfaits durant cette manifestation, le SPVM avait convoqué médias peu de temps avant samedi, sans pour ceux-ci de pouvoir enregistrer quoique ce soit de la conférence. Montrant des vidéos et des images du COBP 2012 en désignant clairement que c’était l’édition de COBP 2013, le SPVM a usé de propagande pour avertir/menacer les médias. Quel est l’agenda caché des institutions paramilitaires au Québec?
Solidarité avec les 5 arrêtéEs, victime d’un système institutionnel qui permet préjudice et actions arbitraire aux policiers.
Tant qu’il y aura brutalité policière, il y aura un 15 mars.

Ici pour les photos

Pipeline Patriarcal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s