Colonisation et Décolonisation : Manuel de libération autochtones du 21e siècle

bateauxCet article est le premier d’une série d’articles d’un zine traduit de l’anglais Colonization & Decolonization, A Manual for Indigenous Liberation in the 21st Century par Zig-Zag. C’est aussi la première fois qu’on fait un travail de cet envergure, commentez!

« Liberation is the task imposed upon us by our conquest and colonization. »

Chinweizu, The West and the Rest of Us, p.33

N.B.

Les termes utilisés pour désigner les États-Unis, le Canada est le reste des colonisateurs est à titre purement indicatif, pour la compréhension. Les CanadienNEs français-e-s sont encore et seront toujours de simple Français-e-s, comme les États-Unien-ne-s des Britanniques. De plus, le texte est traduit par un colonisateur dans le but de répandre l’information par rapport au colonialisme, il se peut que vous trouviez le texte dénaturé par rapport à l’original, celui-ci étant rédigé par un natif de Kwakwaka’wakw. La féminisation du texte ne s’applique qu’à certains termes aussi, les Européens qui ont colonisés le monde n’étaient pas des femmes, vu la nature patriarcale de la civilisation occidentale (ou par manque de contexte historique).

Introduction

Colonialisme : le concept d’envahir d’autres terres et territoires dans le but de s’y installer et/ou d’y exploiter les ressources.

Quand un envahisseur confronte une population autochtone qui occupe déjà un territoire, le colonialisme devient un conflit violent entre deux modes de vie qui sont hostiles et opposés l’un à l’autre, l’un qui impose sa volonté à l’autre. Ceci étant la définition standard de la guerre, le colonialisme lui-même peut être considéré comme une guerre de territoire impliquant tous les moyens nécessaires pour mener des guerres : militaire, politique, économique, psychologique, diplomatique, culturel, etc.

Cecil Rhodes, un officiel de la Grande-Bretagne coloniale (la Rhodésie, maintenant le Zimbabwe, avait été nommée en son honneur), exprimait clairement les motivations et les buts du colonialisme européen au 19e siècle :

« Nous devons trouver des nouvelles terres d’où nous pouvons facilement obtenir des matières premières et en même temps exploiter une main-d’oeuvre esclave rendue disponible grâce aux natifs des colonies. Les colonies pourraient aussi servir de lieu de décharge pour les surplus de production des usines [1]. »

En raison de son histoire et de sa culture, le colonialisme européen est caractérisé par des pratiques génocidaires, incluacolonsnt des guerres d’extermination, les massacres des non-combattants, de guerres biologiques et de « politiques de la terre brûlée » (détruire la nourriture et les lieux d’habitations). D’autres atrocités incluent aussi la torture de prisonniers, le viol, et l’esclavagisme des populations autochtones. Ces actes sont alimentés par une idéologie raciste et patriarcale (c.-à-d., christianisme et suprématie blanche), une avidité et un désir psychopathe de tuer et d’infliger de la violence et de la souffrance aux autres.

Psychopathe n. Une personne présentant un trouble de la personnalité asociale qui se manifeste de manière agressive, perverse, criminelle, ou par un comportement amoral sans empathie ou de remords.

Étapes du colonialisme

Les méthodes et l’histoire du colonialisme sont uniques dans chacun des cas, en raison de différents facteurs (géographie, densité de la population, ressources, etc.). Néanmoins, il y a des schémas qui sont facilement reconnaissables. Que ce soit en Amérique, en Afrique ou en Asie, le colonialisme est constitué de 4 étapes : la reconnaissance, l’invasion, l’occupation et l’assimilation.

1. Reconnaissance militairenatifsvscolons

Le colonialisme débute premièrement avec une petite force de reconnaissance qui cartographie les nouvelles terres ou régions et recueille des renseignements. Ces événements sont souvent célébrés de nos jours comme des voyages « d’exploration » et de « découvertes scientifiques ». Le voyage de Christophe Colomb en 1492, par exemple, était une expédition de reconnaissance pour trouver une nouvelle route vers les marchés d’Asie. Il n’y avait que 3 bateaux : le Pinta, Nina, et le Santa Maria.

2. Invasion

La seconde phase est l’invasion, entamée par une période de conflit armé en raison de la résistance des nations autochtones. Par exemple, lorsque Christophe Colomb est retourné dans les Caraïbes en 1494, il avait 17 bateaux et plus de 1000 conquistadors. L’invasion peut commencer immédiatement après la reconnaissance militaire, ou elle peut être interrompue par une période de traite et de “cohabitation” qui servira de base pour une invasion ultérieure ( c.-à-d., l’Amérique du Nord). Dans chaque cas, la stratégie militaire coloniale est génocidaire et inclut la destruction des réserves de nourriture, de ressources et d’habitation, en plus des massacres et des guerres biologiques (maladies).

3. Occupationguerre

Quand les peuples autochtones sont vaincus militairement, l’occupation s’agrandit. Un gouvernement colonial est mis sur pied pour contrôler les survivants de la population indigène, qui sont soit gardés dans des réserves, soit mis en esclavage. Après 1700, plusieurs autorités coloniales étaient des corporations (c.-à-d., la Baie d’Hudson, la Compagnie du Sénégal, etc.) Ils organisaient la colonie et l’extraction des ressources, incluant la construction de chemins de fer, de barrages, de routes, de ports, etc.

4. Assimilation

Une phase importante dans le processus de soumission est l’endoctrinement des autochtones survivants dans le système européen. Pour faire cela, la société et la culture indigène doivent être démantelées et effacées le plus tôt possible. La violence coloniale, incluant la destruction physique et la guerre biologique, s’effectuera à travers la dépopulation, souvent durant la période d’invasion. Lorsque l’occupation est ancrée, le processus devient égliseinstitutionnalisé. Des générations de jeunes autochtones sont alors enlevées de leur peuple et sont forcées d’aller dans des écoles du gouvernement ou des écoles gérées par l’Église.

Les périodes d’occupation et d’assimilation sont interreliées, car c’est seulement à travers l’occupation qu’un système d’assimilation peut être imposé. Cette phase peut durer très longtemps et s’étendre sur plusieurs siècles, comme ce qui est le cas avec les Amériques.

Fin de la première partie. La seconde partie portera sur l’histoire du colonialisme.

[1]: Traduction libre de l’anglais. Citation originale: « We must find new lands from which we can easily obtain raw materials and at the same time exploit cheap slave labour that is available from the natives of the colonies. The colonies would also provide a dumping ground for the surplus goods produced in our factories. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s