DEFEND YOUR TERRITORY: TACTIQUES ET TECHNIQUES POUR COMBATTRE LES ATTAQUES DE LA POLICE SUR LES COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES

couverture

Voici la première partie du zine DEFEND YOUR TERRITORY, qui propose des tactiques et techniques pour combattre les attaques incessantes de l’oppression étatique contre les communautés autochtones et aussi contre tous ceux qui dénoncent ce système hiérarchique de domination.

INTRODUCTION

Les communautés qui réussissent à mener une résistance efficace seront inévitablement confrontées à la répression étatique, le plus souvent par le biais des forces policières. Ce texte se veut une révision des tactiques et techniques qui ont été utilisées pour contrer les attaques de la police sur les foules et les communautés.

Pour la police, ces types d’attaques sont considérées comme un “maitien de l’ordre publique” ou des opérations de “contrôle de la foule”. Les communautés ciblées par de telles opérations peuvent faire face à des polices antiémeute mais aussi à des escouade tactique armées, des équipes canines, des véhicules blindés, l’utilisation d’agents chimiques et des charges de matraques.

Les peuples autochtones au Canada ont vu le déploiement d’unités policières de contrôle de foule à plusieurs reprises depuis les années 80. Les exemples les plus notables inclut Listiguj/Restigouche en 1981, Kahnawake 1988, Kanesatake & Kahnawake en 1990, Ipperwash 1995, Six Nations 2006, Lac Barrière 2008 & 2012 et le plus récent à Rexton, Nouveau-Brunswick, en octobre 2013.

La cible la plus commune pour les opérations policières de contrôle de foule contre les peuples autochtones sont les blocus. Pourquoi? Parce que les blocus sont très efficace comme moyen d’action directe prise par les communautés pour défendre leur terre et leur peuple.

Même si les peuples autochtones en Amérique du Nord possède un passé récent de résistance armée (incluant Wounded Knee 1973, Oka 1990 et Ts’Peten 1995), la plupart des communautés ne s’engagent habituellement pas dans de telles actions. Plusieurs ont, par contre, la capacité d’exécuter des blocus et d’autres formes semblables d’actions directes plus petites. Alors que les multinationales et les gouvernements continue sans relâche l’exploitation et la destruction du monde naturel, il est très probable que ce genre d’actions se perpétue très fréquemment dans le futur, les communautés agissant dans le but de se défendre et de protéger leur terre.

Warriors Publications. Printemps 2014

SÉCURITÉ PERSONNELLE ET SURVEILLANCE (CULTURE DE SÉCURITÉ)

Des Warriors masqués à Kanesatake (Oka), 2004.

Des Warriors masqués à Kanesatake (Oka), 2004.

Nous vivons dans une société technologique dans laquelle nous sommes toujours vulnérable à la surveillance. En utilisant des mesures de sécurité de base, nous pouvons limiter la capacité à la police et aux services de renseignement de récolter de l’information.

La sécurité est spécialement importante pour les Warriors qui seront ciblés par la police durant toute action défensive et qui pourraient faire face à des accusations criminelles pour avoir defendu leur terre et leur peuple.

Pour plus d’informations, référez-vous à Security & Counter-Surveillance Manual, par Warriors Publications, édition 2014.

Internet: Internet est la source #1 de renseignement pour la police. Publier ses intentions sur Facebook ou sur tout autre réseau social va aider la police à t’identifier, à te traquer, à perturber tes activités et/ou à trouver des suspectEs présentEs durant une action. La police se servt aussi des réseaux sociaux pour ramasser des photos et vidéos pour leurs enquêtes.

Cellulaires/Téléphones intelligents: Les cellulaires peuvent servir de dispositifs de repérage en temps réel à travers le réseau cellulaire, permettant à la police de suivre tes mouvements. Quelques téléphones possèdent un GPS intégré qui est encore plus facile à retracer. Des logiciels espions (Spyware) peuvent être furtivement téléchargés dans des cellulaires, les transformant en appareils d’écoute même s’ils sont éteints. Si tu as un téléphone sur toi pendant une action, et particulièrement lors de conversations à sujet sensibles (comme de la planification de stratégie, etc.), la batterie devrait être enlevée. Plusieurs conseillent même de laisser le téléphone à un autre endroit lors d’échange d’informations sensibles. À moins d’avoir absolument besoin d’un cellulaire pour des communications importantes, il est préférable de le laisser chez soi lors de la participation à une action défensive.

Identité: L’identité des warriors doit être dissimuler durant les actions défensives. La méthode principale consiste à utiliser des noms de code et de porter des vêtements identiques et des masques.

ÉQUIPEMENT ET VÊTEMENTS DE PROTECTION PERSONNEL

Masque et uniforme

Les Warriors portent souvent un masque et des vêtements uniformes pour protéger leur identité durant une action.

Mohawks de Tyendinaga, 2008.

Mohawks de Tyendinaga, 2008.

Les uniformes les plus communs sont les treillis militaire, plus précisément le motif de camouflage M81 Woodland. Porter des vêtements civils, ternes et non-distinct ainsi qu’un masque fonctionne aussi (comme à Kanesatake 2004).

Plus les vêtements sont identiques parmi un groupe, plus il sera difficile pour la police d’identifier des individus.

Une tactique commune est de porter du linge de civils en-dessous d’une couche de linge qui pourra être rapidement enlevé s’il s’avère nécessaire d’échapper à une souricière, par exemple.

Les masques sont l’élément d’habillement les plus controversés portés par les manifestantEs et les Warriors. La police et les politicienNEs les détestent parce qu’il devient difficile de surveiller une foule et d’identifier des individus. Des réformistes et des pacifiques démonisent le port du masque parce qu’elle heurte leur image médiatique. Cependant, les masques sont une tactique importante pour les warriors qui sert essentiellement un rôle défensif.

Les masques les plus efficaces couvrent entièrement la tête, comme un balaclava ou une cagoule de ski. Les bandanas attachés en arrière de la tête peut se dénouer et glisser. Un bandana qui ne couvre que la partie inférieure du visage n’est pas un déguisement efficace.

Lorsqu’on enfile un masque et des vêtements, il est important de le faire dans un endroit qui n’est pas sous surveillance, autrement la police peut obtenir des photos d’individus qui se camouflent. Ceci peut être utilisé ultérieurement en Cour comme un moyen d’identifier un individu masqué.

Les masques et leur légalité

En 2013, de nouvelles lois furent introduites au Canada criminalisant les masques portés lors d’un rassemblement illégal ou une émeute. Un regroupement doit être préalablement déclaré un “rassemblement illégal” ou une “émeute” pour que les individus masqués soient arrêtés et que des charges soient portées contre eux. La nouvelle loi, Loi empêchant les participants à des émeutes ou des attroupements illégaux de dissimuler leur identité (Projet de loi C-309), rend passible d’une sentence de 5 ans de prison toute personne portant un masque durant un attroupement illégal, et 10 ans pour en porter un durant une émeute.

Malgré cela, il n’est pas “illégal” de porter un masque durant une manifestation, action défensive, ou un rassemblement public. L’autre charge criminel relative au port de masques est Déguisement dans dessein criminel (faisant partie du code 351 du Code criminel). Sous cette loi, il doit être prouvé qu’un individu avait l’intention de commettre un acte criminel spécifique (comme un cambriolage).

Équipement de protection contre les agents chimiques

L’équipement de base pour se protéger contre les agents chimiques est l’utilisation de lunettes de protection et une protection qui couvre le nez et la bouche (comme un bandana ou un masque). Cette protection peut être grandement améliorée avec des respirateurs à masque à la place d’un bandana,. La protection la plus efficace contre les agents chimiques est un masque à gaz militaire.

Lunettes protectrices avec un filtre à masque

Lunettes protectrices avec un filtre à masque

Lunettes protectrices: Les lunettes protectrices peuvent être celles utilisées pour la nage, le ski ou pour la

construction. Les lunettes pour la nage et les autres types forment une barrière étanche autour des yeux les protégeant des agents chimiques, mais ont tendance à s’embuer très facilement. Ceux qui possèdent  des trous d’aération sur les côtés et le dessus des lunettes vont moins s’embuer, mais peuvent laissé passer des petites particules d’agents chimique au niveau des yeux.

Bandana: Les protections improvisées contre les gaz lacrymogènes incluent les lunettes de protection (le type qui scellent le contour des yeux et qui n’offrent aucun trou d’aération) avec un bandana trempé dans du vinaigre de cidre de pomme. Le bandana peut être transporté dans un sac Zip-loc et être prêt à l’utilisation. Une bouteille de vinaigre de cidre de pomme devrait être transporté dans un groupe, car le bandana peut s’assécher. N’importe quelle pièce de vêtement peut être utilisé à la place du bandana.

Respirateurs à masque: Ceux-ci habituellement des masques qui couvre la moitié du visage, soit le nez et la bouche, avec des filtres qui se remplacent. Ils sont facilement trouvables dans les quincailleries et les magasins de fournitures industrielles, pour des usages tels de la peinture en aérosol, des rénovations, ou des travaux produisant beaucoup de poussière. Un masque coûte environ 25$. Un masque à recommander est le respirateur à masque 3M avec un filtre P100 (P100 est recommandé pour des agents chimiques comme le CS, le CN et le OC). Des lunettes de protection doivent être portées avec ce masque pour protéger les yeux, les respirateur ne recouvrant que la moitié

Masque à gaz C4 des forces canadiennes

Masque à gaz C4 des forces canadiennes

du visage.

Des versions de ce masque qui recouvre la totalité du visage sont aussi disponible, mais ils sont plus dispendieux.

Masque à gaz: Le meilleur moyen de protection contre les agents chimiques est sans aucun doute les masques à gaz intégral, recouvrant le visage au complet, comme ceux qu’on retrouve dans des surplus d’armée ou des magasins de fournitures industrielles. Les masques à gaz militaire répandus sont le C4 fabriqué pour les forces canadiennes (ils ne sont plus en production), et le masque à gaz israélien pour les civils. Les prix varient autour de 50$ et plus pour un masque à gaz militaire dans les surplus d’armée.

Premiers soins pour les agents chimiques

Traitement au Maalox dilué d'une victime de poivre de cayenne.

Traitement au Maalox dilué d’une victime de poivre de cayenne.

Nettoyer yeux/visages: Le traitement d’agents chimiques le plus commun et le plus facilement accessible est de rincer les yeux et le visage avec de l’eau. Une bouteille d’eau avec un petit bouchon et qui est “squeezable” est recommandé, car il produit un jet d’eau plus puissant. Lorsqu’on rince les yeux, la tête devrait inclinée sur le côté pour que l’eau contaminée puisse s’écouler hors du visage.

Les “street medics” utilisent souvent une solution de liquide antiacide, habituellement du Maalox, dilué moitié/moitié avec de l’eau. On utilise le même type de bouteille qu’un traitement à l’eau.

Tout comme les yeux, il est important de nettoyer tout agents chimique qui se dépose sur la peau exposée. Omettre le traitement de la peau résulte en un brûlement de la peau.

Sudecon est une serviette décontaminante produit par Fox Labs (qui produit aussi du spray de poivre de cayenne), souvent utilisée par la police et les paramédiques pour les agents CS, CN et OC. Elle vient dans une petite poche et se déploie en une lingette de format de 8 x 12 pouces. Le fabricant recommande d’utiliser deux lingettes par blesséE, et prétend que l’individu récupérera après 7 à 15 minutes. Une lingette Sudecon coûte environ 2$ chaque.

Vexor produit une lingette de premiers soins OC qui est similaire à Sudecon.

Air frais: Le/la blesséE devraient être éloigné de la zone si possible, et préférablement dans un endroit frais et venteux.

Décontamination: Tout vêtements et équipement contaminés devraient être enlevé le plus rapidement possible, selon le contexte, et être placé dans un sac poubelle. Les vêtements contaminés pourront être lavé plus tard au moyen d’une machine à laver. Pour les sacs et autres, frotter avec de l’eau savonneuse. Sinon, les items ou l’individu contaminerons l’air ambiant avec les agents chimiques (ex. les véhicules, les pièces, les tentes, etc.) Si possible, la personne incommodée devrait prendre une douche le plus rapidement possible pour enlever les agents chimiques de la peau et des cheveux.

Équipement de protection contre les contusions

casques

Casque de skateboard et de motocyclette (version intégrale).

Casques:Les casques pour le hockey, le skateboard, le vélo et la moto peuvent être portés pour se protéger des coups de matraques et des projectiles. Le casques de moto avec une protection faciale peut remplacer le port d’un masque à gaz. Les casques avec des logos distinctifs peuvent être enlevés et peinturés avec une couleur uniforme.

Gants: Les gants de cuir sont les plus efficaces pour protéger contre les objets de grande chaleur, comme des grenade lacrymogène (objets qui sont souvent relancés vers les lignes policières).

Brassard de motocross

Brassard de motocross

Gilets de protection:Des équipements de protection de sport pour le hockey, la crosse ou la motocross, comme

des protège-tibias, des brassard d’avant-bras, mais aussi des plastrons et des épaulettes. Des protège-tibias plus petit peuvent être utilisés comme protection d’avant-bras. Les armures qui ont un bon rembourrage en mousse et un extérieur de plastique dur est à considérer.

Le rembourrage en mousse, comme ce qui est utilisé pour les matelas de sol (mousse à cellule fermée), peut être coupé et modelé avec du ruban adhésif. Ce type de mousse peut être utilisé pour les jambes, les bras, et aussi servir de plastron.

Protège-tibias & genoux fait de plastique dur; brassard improvisé fait de mousse de tapis de sol.

Protège-tibias & genoux fait de plastique dur; brassard improvisé fait de mousse de tapis de sol.

Boucliers:Il y a deux types de boucliers: les boucliers individuels et les murs-boucliers.

genoa

MilitantE avec un bouclier, manifestation anti-G8 à Genève, Italie.

Les boucliers individuels sont souvent improvisés avec du plastique dur ou du plywood. Des cônes de circulation (ou de construction) peuvent être utilisés en le coupant en deux pour faire des boucliers arrondis. Pour le plywood, simplement utiliser de petites sections du matériau. Sur les deux types de matériaux, des poignées sont habituellement attachées à l’intérieur (mises en place au moyen de boulons ou de la corde qui sera suffisamment serrée et nouée de chaque côté du bouclier).

Plusieurs boucliers de la police sont fait de Lexan, une marque de polycarbonate. Ont peut se procurer des feuilles de Lexan dans des quincailleries comme Home Depot (environ 150$ pour une feuille de 36 X 72 pouces). Une alternative moins cher mais moins durable est le Plexiglass.

Des squatteurEs au Brésil avec des boucliers, des casques et des batons. Les boucliers semblent être larges, lourds et fait de plastique de barils d'eau, avec des trous pour les yeux et des cordes pour les tenir.

Des squatteurEs au Brésil avec des boucliers, des casques et des batons. Les boucliers semblent être larges, lourds et fait de plastique de barils d’eau, avec des trous pour les yeux et des cordes pour les tenir.

Dans certaines actions organisées, des manifestantEs avaient construits des boucliers qui servaient aussi de pancartes. Lors d’une grève étudiante, des étudiantEs avaient créés des boucliers en forme de gros livres.

Les murs de boucliers sont plus répandus en Italie. De larges feuilles de plexiglass transparents avaient été utilisée comme matériau. Quelqu’uns sont construits avec des planches de bois et ont des roues attachées pour faciliter le transport.

Un mur-bouclier permet au manifestantEs d’approcher les lignes de la police dans craindre que les forces policières leur lancent des projectiles, et ainsi repousser la police (mais cette tactique requiert une masse assez grande contre la ligne de polices). Les murs-boucliers sont vulnérables à des attaques au flanc, lorsque les polices attaquent les individus portant les murs sur les côtés.

Un autre type de mur-bouclier qui a déjà été vu était composé de feuille de métal galvanisé, portée au devant de la foule.

Un mur bouclier en fonction en Italie.

Un mur bouclier en fonction en Italie.

Bannières renforcées

Les bannières communiquent un message par elle-même et sont aussi utilisées pour bloquer les caméras de surveillance de la police. Les bannières renforcées fonctionne comme une bouclier et peuvent réduire l’impact des projectiles et aussi offrir une protection contre les coups de matraques. Ils sont majoritairement utilisées pour repousser les lignes de la police, où la possibilité d’attaques à la matraque est grande. Les bannières renforcées peuvent aussi dissuader les “snatch squads” (voir plus loin dans la section des tactiques policières)  et peuvent être aussi utilisées pour briser les lignes de la police, si nécessaire. Elles sont habituellement construites avec des larges bannières, environ 10 pieds de large ou plus, et fait d’un matériau lourd comme une toile ou du vinyle, attaché à un cadre renforcé. Le cadre, fait de bois, ou d’une échelle, par exemple, aide à transporter la bannière et offrir une protection contre les coups de matraques lorsque porté à l’avant.

Premiers soins pour les contusions

Ecchymoses et tuméfactions

Les blessures les plus communes sont les ecchymoses douleureses et les tuméfactions, qui peuvent être traitées en utilisant l’acronyme RICE, qui veut dire Rest, Ice, Compression, et Elevate:

Rest: Les blesséEs et la blessure devraient être en repos. Un membre blessé ne devrait pas être utilisé.

Ice: Appliquer quelque chose de froid (du genre un sac de légumes congelés, ou des glaçons enveloppé dans une serviette, ou un ice pack). La source de froid va aider à réduire la douleur et l’ecchymose. Appliquer pendant 20 minutes et laisse la zone se réchauffer pendant 30 minutes, réappliquer ensuite.

Compress: Appliquer une compresse serrée, mais pas trop sur la zone blessée aidera à réduire l’ecchymose et la douleur. Des bandages élastiques sont grandement utilisés, mais une serviette et un chandail peut aussi être utilisé. La compresse devrait être vérifié pour assurer qu’elle ne coupe pas la circulation.

Elevate: Élever la partie blessé au-dessus du coeur, si possible. Ceci aide aussi à réduire l’ecchymose et la douleur.

Saignement

Les coupures et les lacérations peuvent survenir lors de coups de matraques ou de projectiles.

Appliquer une pression: La première étape dans le traitement de tous saignements extérieurs est d’appliquer une pression sur la blessure. Cela ralentit la circulation du sang et permet la coagulation.

Une pression immédiate peut être appliqué avec la main (soit celle du blesséE, si possible ou du secouriste). La pression peut être aussi appliquée avec une serviette ou un chandail propre. Lorsque le saignement est controllé, maintenir la pression avec un pansement et des bandages stérile (ou un chandail propre, etc.) Si le pansement devient imprégné de sang, ne pas l’enlever, cela pourrait perturber la coagulation de la blessure. À la place appliquer un nouveau pansement par-dessus.

Repos: Les blesséEs devraient prendre du repos pour ralentir la circulation sanguine.


Liste d’équipement de base

avatars-000009235499-nzz0yr-t500x500Que tu portes ou pas un masque et des vêtements uniformes, l’équipement suivant devrait toujours être transporté dans n’importe quelle action de confrontation, blocus, etc.

  • Un sac à dos de taille moyenne pour porter des outils et de l’équipement, incluant de l’équipement de protection
  • Une bouteille d’eau pour l’hydration et aussi comme premiers soins pour les agents chimiques.
  • Des gants pour garder les mains au chaud et limiter les empreintes. Des gants de cuir sont préféré pour manipuler des objets chauds comme un feu ou pour prendre des grenades lacrymogènes.
  • Des barres d’énergies ou des snacks qui en contienne beaucoup (c.à.d. du pemmican ou du poisson séché, des baies séchées, etc.).
  • Vêtements contre la pluie, comme une vest et des pantalons ou un poncho, qui protège contre le vent et la pluie mais aussi contre les agents chimiques.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s