Traduction française de « Everyone Calls Themselves An Ally, Until It’s Time To Do Some Real Ally Shit »

http://warriorpublications.files.wordpress.com/2014/01/ancestral-pride-logo-colour.jpg

Voici la traduction du texte Everyone Calls Themselves An Ally, Until It’s Time To Do Some Real Ally Shit, par Ancestrial Pride (supportez les!). À considérez: le texte a été traduit par un blanc colonisé et aliéné après un appel pour la traduction du zine.

Chaque fois que nous parlons publiquement, ou que nous nous affirmons, cette question survient toujours de la part d’autres nations autochtones, colons, et colons de couleurs : « Que pouvons-nous faire? »

Nous soulignons tous les moyens que les alliéEs potentielLEs peuvent faire pour aider de manière tangible, de manière ciblée et de manière générale. Tout le monde prend des notes, pose beaucoup de questions, et semble vraiment sincère. Inévitablement, peu de temps après, lorsque quelque chose se produit et que nous avons besoin d’utiliser ces outils et de rejoindre nos alliéEs colons, devinez ce qu’il arrive?! Pas grand-chose. De manière compréhensible, nos amiEs autochtones et nos proches qui résistent aux forces de l’occupation industrielle ne peuvent habituellement pas lâcher leur lutte pour se joindre à nous, à moins d’une situation d’urgence. Or, les colons semblent avoir des problèmes avec le fait d’aller plus loin que la rhétorique circulaire de l’industrie de la contestation et le concept de s’organiser en dehors des sentiers battus.

C’est à ce moment que le simple fait de faire quelque chose d’autre que de consentir avec nous révèle les difficultés que les colons ont lorsqu’illes doivent être unE alliéE actif/ve; le mot alliéE évoque des images de rassemblements, de manifestantEs et des porte-voix, de réseaux sociaux qui lancent des appels et qui propagent des photos d’unE telLE alliÉ se tenant, poing levé, à côté des insérezlenomdelatribu autochtones! C’est une réalité colonisée, passable, et presque aussi difficile à avaler que de ne pas avoir d’alliéEs tout court.

Allié est un verbe qui implique l’action, et il y a plusieurs façons, autrement que de marcher, pour les alliéEs colons ou ceux et celles rempliEs d’espoir de participer et d’aider dans les luttes autochtones pour la libération d’un régime colonial et génocidaire. Notre liberté en tant qu’humainE repose sur cette relation, mais elle doit être perçue d’une autre manière et nous devons nous débarrassez de nos habitudes acquises au cours de nos vies.

Oubliez un moment toute cette nouvelle mythologie du canada et la manière dont elle démontre sa relation avec les peuples autochtones en « so called amériques ». Supprimez de votre mémoire le shaman du cinéma et la grande association des rainbow warriors. Oubliez le mensonge que c’est un pays si génial fondé exclusivement pour votre peuple et rappelez-vous que vous n’êtes qu’un pays qui est né par-dessus nos nations et que votre naissance n’est qu’un avortement sanglant de l’humanité. Maintenant que nous avons réussi avec succès d’éradiquer une vie de mensonges que nous avons appris dans les écoles et au travers des médias, et la société, nous pouvons être à un endroit où nous pouvons travailler ensemble. Néanmoins, il y a plus à savoir pour les colons. La déconstruction de ces concepts s’effectue à une très grande vitesse, en raison de la condition de la race humaine et l’état de la planète. Nous arrivons à la fin d’une ère de pouvoir et de consommation, une civilisation s’effondre toujours et nous sommes là pour l’aider! Ce dénouement amène plusieurs personnes à la lutte que nous livrons à l’état, mais plusieurs personnes de nos peuples sont contentEs du statu quo colonial et veulent protéger leurs droits seulement s’illes peuvent continuer à aller chez starbucks et user de pouvoir. Plusieurs colons ne s’en soucieront même pas ou ne penseront pas à la possibilité de renoncer à leur privilège sur ce continent. C’est de notre devoir de les laisser en arrière et d’être les avant-gardes d’une nouvelle façon d’être, basée sur nos systèmes de gouvernance qui fonctionnent depuis des millénaires.

Il y a toujours eu un grand nombre d’entre nous qui n’avons jamais été d’accord avec le fait d’être assimiléEs. L’an passé, nous avons vu plusieurs citoyenNEs autochtones du canada être en colère et organiser des manifestations massives (INM) d’un océan à l’autre qui, malgré la mobilisation, n’empêcha pas la mise en vigueur de la loi omnibus. Ce mouvement fut par contre utile pour faire la distinction entre celles et ceux qui n’étaient présentEs qu’à court terme et qui ne s’étaient pas investiEs. Il a aussi aidé à trouver ceux et celles qui essayaient vraiment de supprimer le système colonial d’eux/elles même, de leurs familles, de leurs terres et pour connecter les unEs entre les autres. C’était aussi une perte massive de momentum et du pouvoir du peuple !

Nous en sommes donc ici, à l’aube d’un nouvel hiver et encore plus de menaces envers la Mère Terre et nous autres.

Quelques points à se rappeler : les activistes autochtones ne sont pas des êtres autochtones mythiques qui connaissent tous et qui sont sages. Nous avons tous nos problèmes, nous sommes facilement irritables, nous pouvons être dysfonctionnelLEs, certainEs sont accros au sexe, aux drogues, à alcool, et à l’égo. Nous sommes les auteurEs de violence latérale en même temps que nous la dénonçons. Nous payons un loyer, nous travaillons pour les maîtres, nous magasinons et participons à la culture de masse plus que nous le devrions.

Nous battons nos femmes, maris et nous-mêmes. Nous avons souffert dans notre génération et ceci est irréversible. Nous voulons du changement, nous aspirons à changer, et nous sommes le changement, mais nous sommes intrinsèquement imparfaits. Il n’y a rien de mal à cela, c’est une condition humaine et nous sommes les produits de notre esclavage et notre colonisation imposés. Nous devons reconnaître ces choses en nous-mêmes et celles que vous faites en nous aussi, de manière à réellement accomplir ce qu’il y a à accomplir. Il n’y a point pire service que de les mettre sur un piédestal. Plusieurs bons mouvements on été floués parce qu’ils étaient trop humains et la déception mutuelle causait un ralentissement accru.

Lorsque nous oublions nos ego et que nous reconnaissons nos lacunes, nous pouvons maintenant pointer les grandes failles de la nation colonisatrice. Plusieurs ont lu les articles géniaux et nombreux sur les colonies de peuplement, et ont eu un aperçu et utilisent maintenant des termes comme : les côtes salishs non cédées, les territoires (insérez n’importe quel nom de Nations dont vous occupez avec privilège), ou peut-être que vous faites du « dumpster diving » et que vous haïssez le consumérisme, peut-être que vous avez une perception idéalisée de ce qu’est la gouvernance autochtone et que vous serez accueilli à bras ouverts et que vous ferez partie de la tribu rainbow. Ce sont les nouvelles formes de la mythologie qui se forment et prennent place parce que dans la nation colonisatrice, peu importe le nombre d’autochtones que tu connais, peu importe comment tu es éclairéE, et connectéE à la terre, dans ton monde il n’existe pas de futur sur l’île de la tortue auquel tu ne fais pas parti. Nous devons réparer cette mythologie et actualiser la réalité de notre tâche.

Penses un instant comment 500 ans de génocide, de colonisation, de pensionnats, d’assimilation forcée, d’appropriation culturelle, de vol de terres et de destruction t’affecteraient. Penses à la détérioration de nos maisons, nos familles, de nous-mêmes, et comment tu vivrais avec cela. Le stress post-traumatique est une réalité, le suicide nous affectechaque jour, la violence envers nos femmes, le trafic humain de nos enfants, l’alcoolisme, l’abus de drogue, et le meurtre sont nos batailles quotidiennes. Ajoutes à cela essayer de survivre tous les jours et la condition actuelle de notre chez soi, affectée par la pauvreté, l’oppression et la marginalisation de notre peuple qui sont considéréEs des pupilles de la couronne coloniale. Supporter les causes indigènes n’est pas quelque chose de joli ou quelque à ajouter à son CV d’activiste, c’est souvent considérer les humainEs acharnéEs et fortEs à leur juste valeur. Dire que tu es en solidarité avec les peuples autochtones et leur souveraineté veut dire que tu acceptes nos lois et que tu rejettes les lois illégales de l’état militaire qui occupe activement nos terres. Si être disciplinéE ou « dealer » avec la justice warrior t’effraie ou t’offense, tu N’ES PAS prêtE à être unE alliéE ou à détruire le système.

Fait : Tu es l’enfant ou le petit enfant de peuples oppressés qui ont vu nos terres comme une opportunité d’échapper à leurs propres chefs oppressifs et impérialistes. Ils vinrent et utilisèrent le racisme et la religion comme un catalyseur pour le massacre systématique des peuples natifs. Il y a une responsabilité dans cette connaissance à agir. Quelque chose de plus que la reconnaissance et plus gros que des rassemblements et des marches. Des façons plus tangibles de créer des relations significatives pour nous et pour la terre. C’est la prochaine étape dans notre lutte.

Fait : Il n’y a pas de reconnaissance instantanée. Simplement parce que tu connais un autochtone de quelque part qui t’acceptes, qui t’as adopté ou qui t’as donné un nom ne signifie pas que tu es acceptéE avec tous les autochtones que tu rencontres. Cela ne fait pas de toi l’unE d’entre nous, c’est une fausse idée que plusieurs tiennent pour acquise. Simplement parce que tu connais des chansons ou que tu rejettes ton héritage ne veut pas dire que tu deviens de quelconques manières l’unE des nôtres. Cela n’arrivera jamais. Et un gros FYI : même si quelqu’unE t’a honoréE avec des noms, des chansons ou autres, ÇA N’IMPLIQUE PAS QUE LA NATION AU COMPLET T’ACCEPTES OU DOIT T’ACCEPTER! Donc ne t’en vantes pas et ne t’introduis jamais comme si tu faisais partiE d’une tribu, cela va juste te faire passer pour un ignorant et donner une mauvaise première impression.

Plusieurs colons qui ont eu une prise de conscience sont impliquéEs dans la lutte climatique, ou le travail de justice sociale, ou essaient de comprendre ce qu’est le concept de décolonisation par rapport à eux/elles et comment illes ont été si profondément assimiléEs et intégréEs dans la machine. Si tel est le cas, bravo! Tu es prêtE à travailler! Nous sommes tous arrivés à un consensus que la mobilisation de masse à atteint son point de saturation, nous devons donc travailler avec ceux qui sont déjà à bord et qui travaillent fort. Si tu vis dans une ville tu as besoin d’examiner une façon de faire, le changement est basé sur comment laisser derrière le mode de vie qui détruit notre culture. La prochaine étape est de trouver celles et ceux dans vos communautés qui sont capables de voir un futur qui vaut la peine d’être investi. Aussi, de faire ce qui est nécessaire pour assurer que ceux et celles qui travaillent fort au front sont supportéEs. Si tu ne vis pas dans une ville, l’emphase peut être mis sur comment supporter activement la résistance de manière utile et en temps voulu. Ceci peut se traduire par plusieurs suggestions que nous mettons de l’avant.

Ce n’est pas tout le monde qui est un warrior, ce n’est pas tout le monde qui veut être dans des situations de confrontations avec la police, les gouvernements ou des individus fâchéEs. Néanmoins, la plupart.

Quel est ton rôle : es-tu bonNE à cuisiner, organiser, préserver, conduire, faire de la mécanique, dessiner, tricoter, coudre, jardiner, entraîner, écrire, guérir, construire, pêcher, chasser ou faire des outils? N’importe lequel de ces rôles et plus encore contribue à une société cohésive, fonctionnelle et en santé qui reflète le but de la cause. Pour que nous puisions détruire le système, et écraser la civilisation, nous devons avoir une façon de vivre fonctionnelle en place. Les humainEs ont besoin de sécurité et de confort. La période dans laquelle nous nous dirigeons et dans laquelle nous sommes déjà n’est pas saine. C’est une époque d’anxiété effrayante de production dans l’histoire de l’être humainE et sans précédent dans son énormité. La planète est mourante, c’est un moment crucial pour que nous nous unissions ensemble physiquement, et mentalement pour progresser à long terme.

Que vous le vouliez ou non, et essayez comme vous voulez de le réfuter, les colons ont des privilèges et plus de protection lorsqu’illes interagissent avec les autorités que nous. Tu as aussi plus de bénéfices et de libertés pour acquérir certains items. Utilisons cela à bon escient. Cette liste n’est aucunement exhaustive ou absolue, c’est plutôt une compilation de suggestions de notre part et d’autres «activistes» autochtones. Elle varie selon chaque situation, et est uniquement des outils et des lignes directrices pour être plus efficace dans ton support à notre résistance.

TU AS MOINS DE CONTRAINTES DANS LE SYSTÈME JUDICIAIRE ET AVEC LA POLICE / GRC / TRIBUNAL QUE NOUS.

Si nous entrons en confrontations avec les autorités, nous avons plus de chance d’aller en prison et de ne pas en ressortir que toi. L’engagement et la bravoure sont des valeurs clés pour amener le tout à un autre niveau en radicalisant ta résistance et en te mettant physiquement à l’avant des autochtones. Ceux et celles qui veulent être à l’avant devraient optimiser leur engagement pour un bénéfice maximum à la cause, ceci requiert de la confiance et du sacrifice.

CONFRONTE TES PAIRS ET LE RACISME DANS LES O.N.G.E. ET LES O.N.G. COLONIALES QUI RENDENT LES AUTOCHTONES ET LEURS TERRES INVISIBLES DANS LA LUTTE.

Il y a plusieurs groupes différents qui ramassent des fonds, demandant des contributions mensuelles à leurs partisans, et qui essentiellement ignorent le fait qu’il y avait des peuples ici avant que ces pays existent et qu’ils décident d’être des environnementalistes. Ceci est du racisme, et de l’oppression environnementaux! Plusieurs de ces organisations recherchent des appuis symboliques pour leurs causes, ceux/celles-ci sont éluEs dans les conseils de bandes et sont fortement investiEs dans leur propre colonisation en gardant le canada heureux au détriment de la conservation de leurs terres et des eaux. C’est une combinaison dangereuse! Récemment nous avons remarqué que pendant que plusieurs autochtones trace la limite et font une sortie avec des analyses critiques de ces groupes en plus de critiquer leur propre peuple, nos homologues colons ne critiquent pas ces comportements dans leurs milieux, Tu n’as pas besoin de permissions ou validation de quelqu’unE pour leur dire ce que tu en penses!

SOIS PROSPÈRE!

Nous devons supporter ceux et celles d’entre nous dans les villes et sur les terres, cela n’aide pas si tu es dans la misère par choix. La prospérité aide les mouvements grassroots! Nous nous battons souvent pour accéder à des événements que nous ne sommes même pas les bienvenuEs parce que nous sommes francs et franches. Et bien souvent, ceux et celles choisiEs qui vont être choisiEs le sont parce qu’ilLEs sont contentEs avec le status quo colonial et sont « récompenséEs » avec des voyages, hôtels et de la nourriture. Mettons les choses au clair, nous comprenons que de payer le loyer et les factures est une obligation pour survivre en ville. Tu peux grandement contribuer si tu as du succès. Si tu veux vivre dans le système, aussi bien y exceller et aider comme tu le peux le grassroots et ceux/celles qui se battent sur les terres pour le futur.

SI TU NE TRAVAILLES PAS, SOIS AU SERVICE DE QUELCONQUE MANIÈRE QUE TU PEUX POUR SUPPORTER LES PARENTS AUTOCHTONES RADICAUX QUI LUTTENT POUR JOINDRE LES DEUX BOUTS, DU MOINS VA AUX ÉVÉNEMENTS!

Plusieurs ne pensent pas que ceci est un acte de résistance, mais ce l’est. Les familles autochtones sont parmi les plus marginalisées et opprimées. Nous ne sommes pas de super humains et il est difficile de même penser à assister aux événements ou de faire des actions radicales lorsque nous sommes occupéEs avec la lutte quotidienne de simplement passer à travers la journée et mettre de la nourriture sur la table. Assister n’importe quel événement peut être décourageant et accablant sous ces circonstances.

ACCUMULE DES AIR MILES OU D’AUTRES RÉCOMPENSES DE VOYAGES!

Si tu vas continuer à acheter et consommer dans ce système, vaut mieux rendre ces achats utiles. Souvent les imprévus se produisent, et le plus souvent des pires manières, et le tout à la dernière minute. Tes airmiles ou ce que tu possèdes peut commanditer une personne native et faire une grosse différence!

LA MOBILISATION EST LA CLÉ!

Si tu possèdes un véhicule ou que tu as des amiEs qui ont un véhicule et qui peuvent s’en passer pour une semaine parfois, rends le utile pour la cause, nous ne pouvons assez exprimer comment cette partie est importante! Les défenseurEs de la terre grassroots NE sont PAS riches, le plus souvent illes n’ont pas de support, et puisqu’illes travaillent « outside the box », nous manquons souvent la chance d’assister à d’importants événements clés parce que nous n’avons pas de moyen de transport viable. Ça devient fatiguant à la longue de toujours stresser pour se rendre à des endroits, si vous avez des familles comme nous cela devient encore plus stressant. Donc, si vous connaissez quelqu’unE ou que vous-même vous possédez une fourgonnette, vous pouvez la mettre à bon usage!

L’AUTONOMIE, NE CONFONDS PAS AUTONOMIE AVEC PRIVILÈGE!

Récemment dans nos efforts, nous avons été dans des situations de travail impliquant des organisateurs* colons, il y a eu évidemment des problèmes croissants. Il y a une leçon importante à apprendre, et une distinction à faire entre le libre arbitre et privilège. Les colons qui décolonisent activement sont très sensibles par rapport à leurs privilèges et passent souvent par l’inconfort et la colère lorsqu’illes doivent assurer qu’illes ne sont pas perçuEs comme privilégiéEs, prétentieux-se, ou ignorantE lors d’interactions avec des autochtones. Ceci cause problème parce qu’il est évident que nous ne voulons pas nous faire dicter ou se faire dire quoi faire par des colons, MAIS si tu es unE organisteur-trice tu dois prendre des décisions et agir par rapport à elles sans te faire guider à chaque pas du processus. Ceci cause du stress et créer de mauvaises relations.

*La nature du texte ne précise pas de quel sexe étaient les organisateurs

ACCÈS À DE L’ÉQUIPEMENT DE BUREAU

Bien souvent, nous avons besoin d’imprimer des trucs, ou d’en distribuer, ou de les mettre dans un format pour l’impression et de le distribuer. Si tu peux le faire, fais-le. Si tu as des compétences qui peuvent être utilisées pour du design graphique, de l’art, de l’écriture ou une connaissance pour obtenir des subventions, alors utilise tes compétences!

LE TRANSFERT DE RICHESSE ET DE RESSOURCES

Plusieurs personnes seraient surprises de voir à quel point illes traitent certaines choses qu’illes possèdent que d’autres ne penseraient même pas à acquérir, trop occupéEs à survivre. As-tu des outils, de l’équipement que tu utilises rarement qui pourraient être prêtés ou donnés à celles et ceux qui les utiliseront et être contentE de les avoir? Ceci inclut les électroniques, équipement de sérigraphie, des outils à main, des outils de travail du bois, des items de rénovation. Les cartes de membres pour les magasins à grande surface ou des rabais à des quincailleries peuvent faire une différence dans la fabrication de quelque chose ou dans l’organisation.

STOPPONS LE TOKENISM (QUOTA ETHNIQUE)

Admets que tu as ce genre de comportement parce c’est parfois plus facile comme cela. Reconnais-le et rectifie-le. Ne nous demandes pas de porter notre regalia , d’amener nos tambours ou de danser. Nous sommes pas des singes savantEs et c’est ce genre de mauvais goût et d’absence de tact n’a pas sa place ici. Laisses-nous décider le moment approprié d’être culturel,

METS EN PLACE UN RÉSEAU DE REFUGES ÉQUIPÉES DE NOURRITURE ET D’HÉBERGEMENT POUR QUELQUES JOURS

Ceci est vital, spécialement le long d’un sentier ou lors de voyage. Si tu retraces les routes de diverses communautés qui sont engagées contre le travail industriel, tu peux établir quels villages et quelles villes ont besoin de ce genre de service et commencer à recruter des amiEs et de la famille qui sont capables d’héberger des voyageurs-euses pour une nuit ou deux.

METS EN PLACE UN RELAI DE TRANSPORT

Plusieurs personnes ont un véhicule et quelques heures à donner, c’est une bonne façon de partager la responsabilité d’assurer le transport des gens. C’est facile et sécuritaire d’avoir un relais de transport qui aide les groupes ou les familles à voyager de longues distances sans à avoir à dépendre d’unE seulE conducteur-trice, ou de gaspiller de l’argent dans les transports en commun. L’organisation est la clé pour que cela fonctionne. Lorsque tu fais de l’organisation, fais en sorte que ce soit un élément clé des plans de voyages.

ORGANISATION

Si tu fais l’organisation assure-toi que tu as toutes tes cartes d’identité, que tu as un permis de conduire valide, et que tu es prêtE et capable de voyager. Assure-toi de ne pas oublier les moeurs et coutumes de celles et ceux que tu voyages avec, mais aussi de ceux et celles que tu vas visiter. Rappelle-toi de combler les besoins de base : couvertures, premiers soins, nourriture, transports, matériels, et de l’équipement disponible à tous les arrêts.

PROMOTION

Si tu aides à monter un événement assure-toi que tu ne fais pas tout toi-même en déléguant et le plus important, mets en place un système mobilisation avec de la « street mob » et sur les réseaux sociaux! Si les personnes vont prendre le temps de laisser leurs maisons et leurs familles pour assister à l’événement, alors assure-toi qu’il est bien organisé et qu’il vaille la peine. Iles s’absentent de leur communauté, rappelle-toi!

LE PLUS IMPORTANT N’OUBLIE JAMAIS ET N’ABANDONNE JAMAIS!

Nous ne pouvons quitter une vie de privilèges et de confort colonial volontairement et donc nous ne pouvons jamais oublier ou laisse tomber pour rejoindre la culture de masse. Nous sommes par notre propre héritage et notre naissance politique dans une vie entière de racisme, d’oppression, et de moments difficiles. Si tu t’engages sur cette voie alors, assure-toi que tu es à bord à long terme. Des pauses sont bien évidemment bénéfiques et nécessaires pour le bien-être mental, le physique, l’émotionnel et le spirituel de nous tous, mais n’oublie jamais que nous vivons dans un état terroriste dévoué à détruire nos terres, nos eaux et notre future à tous pour le simple profit. Que tu le veuilles ou non, et essais de le réfuter comme tu veux, les colons ont des privilèges et plus de protection lorsqu’il est question d’intéragir avec les autorités que nous. Tu as aussi plus de bénéfices et de liberté pour acquérir certains items. Utilisons cela à bon escient, ce zine n’est en aucun point exhaustif, ou absolu, c’est une compilation de suggestions qui vient de nous et d’autres « activistes » autochtones. Il y a des variables pour chaque situation, ce sont simplement des outils et des lignes directrices pour aider à être plus efficace dans ton support de notre résistance.

Publicités

Une réflexion sur “Traduction française de « Everyone Calls Themselves An Ally, Until It’s Time To Do Some Real Ally Shit »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s